Sanglier

Dans le sous-ordre des suiformes, le sanglier (Sus scrofa) appartient à la famille des suidés. C’est une espèce omnivore.Le poids vif du mâle adulte est compris entre 80 et 200 kg et celui de la femelle adulte entre 60 et 110 kg. Le poids des sangliers est très variable et dépend surtout de la souche, de l’abondance et de la qualité des aliments. Le poids à la naissance est de 500g à 1 kg. La croissance des mâles et des femelles est identique les deux premières années. Au terme des 12 premiers mois, un animal pèsera en moyenne de 30 à 40 kg. La longévité maximale du sanglier est d’une quinzaine d’années mais malheureusement l’âge limite est de 4-5 ans à cause de la pression cynégétique.
Les appellations suivant l’âge de l’animal sont :

San_age.gif (279585 octets)

0-6 mois Marcassin (rayé jusqu’à 2 à 3 mois) 700gr à 20 kg
6-12 mois Bête rousse (queue sans touffe) 25 à 45 kg
12-24 mois Bête de compagnie (queue avec touffe)
2 à 3 ans Ragot (mâle) ou Laie Ragote
3 à 4 ans Tiers an (mâle) et Laie (femelle)
4 à 5 ans Quartannier (mâle) et Laie (femelle)
A partir de 6 ans Vieux sanglier et Vieille Laie
A partir de 7 ans Grand vieux sanglier et Vieille Laie

Un mâle adulte, qui vit la plupart du temps isolé des compagnies, est un solitaire.
Le répertoire vocal du sanglier est très riche et varié : couinements du marcassin, grognements, souffle d’alerte, cris de douleur, gémissements et les claquements de mâchoires. On dit aussi que le sanglier grommelle ou nasille.

Sang_a.gif (93969 octets)

Le marcassin porte un pelage beige entrecoupé de raies parallèles allant de la tête à la queue et il est dit en livrée ou rayé.
La robe du sanglier adulte varie du noir au gris argenté et subit deux mues :en mai, il porte son poil (soie) d’été (court et clair) et à partir d’octobre pousse une bourre laineuse très isolante qui assombrit et épaissit sa silhouette.
Les poils de l’échine (crinière) sont érectiles et les hérisse en cas de colère et pendant le rut. La queue ou vrille est terminée par une touffe de poils appelée toupet. L’armure est la peau épaisse qui recouvre l’épaule et une partie de la cage thoracique.

La reconnaissance des sexes est peu aisée dans la nature, pour le mâle, le pinceau pénien peut être visible surtout en poil d’été. Toutefois en hiver, les laies ont une touffe de poils sous le ventre que l’on peut confondre ; Attention. Chez un mâle armé, les lèvres supérieures sont retroussées par les défenses et on voit du blanc. Les suites peuvent être visibles en arrière, au moment du rut. Pour la femelle en lactation, les mamelles ou allaites(10) sont souvent apparentes, la hure de la femelle est généralement plus allongée et bien entendu la laie suitée est facilement identifiable.

Pour l’estimation de l’âge, il n’y a pas de relation avec la taille et le poids de l’animal sachant qu’un sanglier de 2 ans très bien nourri peut peser près de 100 kg.
L’examen de la mâchoire inférieure fournira un certain nombre de renseignements : de 6 à 8 mois(la 4ème prémolaire est trilobée et la première molaire est sortie, la denture est de 36 dents) ; vers 12 mois(la 2ème molaire sort, les prémolaires de lait sont usées, la denture est de 40 dents) ; entre 14 et18 mois(remplacement des prémolaires et la 4ème devient bilobée) ; entre24 et 30 mois(la 3ème molaire apparaît) ; à 3 ans(la denture est complète et compte 44 dents). La demi mâchoire comprend 3 incisives, 1 canine, 4 prémolaires, 3 molaires. Chez la femelle, les canines s’appellent des crochets.

San_def.jpg (130182 octets)

L’évaluation de l’âge des mâles peut se faire par l’observation des défenses en sachant que le rapport du diamètre à la base de la défense sur le diamètre à la base de la table d’usure(DT/DB) nous donne : DT/DB=1.8 (jeune animal) ; DT/DB=1.2(animal d’âge moyen, 4ans environ) ; DT/DB=1(animal vieux, 8 ans environ). Les canines supérieures s’appellent grès et inférieures défenses.

Un sanglier est dit miré quand la pointe de ses défenses dépasse l’extrémité des grès et armé avec les canines supérieures et inférieures développées.
Le sanglier est un omnivore qui consomme aussi bien herbes, racines, tubercules, champignons, vers, escargots, petits rongeurs, fruits sauvages, charognes…..90% d’éléments végétaux(fruits forestiers, glands, faines, maïs) et 10% d’éléments d’origine animale(petits rongeurs et cadavres). Son rythme journalier est biphasique : une phase de repos dans la journée (60%) et une phase d’activité alimentaire nocturne (15% du temps en déplacement et 25% du temps en nourriture).

Par ses boutis(traces laissées dans le sol par le boutoir lors de la recherche de racines), le sanglier laboure, aère le sol et favorise la germination des semences ; il joue un rôle positif dans le milieu forestier. Les dégâts imputables au sanglier sont donc uniquement agricoles.
Les indices de présence peuvent être la bauge(gîte légèrement creusé dans le sol et situé dans des endroits couverts et secs), le chaudron(nid construit par la laie avec des herbes et des branchages dans lequel elle va mettre bas), la souille(cuvette humide où ils se vautrent quotidiennement pour favoriser la régulation thermique car les suidés ne transpirent pas), les vermillis(sillons superficiels fait par le boutoir à la recherche de vers), les frottoirs(troncs d’arbres sur lesquels les animaux se frottent après s’être souillés), les houzures(croûtes de boue laissées sur les frottoirs),les laissées(excréments cylindriques de 4 à 6 cm de diamètre), les traces(le pied ; les gardes sont placés latéralement aux sabots) et les coulées.

La maturité sexuelle chez le mâle intervient entre le 8 et 12ème mois et la femelle entre le 8 et 20ème mois mais avec un poids minimum de 30 à 35 kg. Des saillies peuvent avoir lieu entre septembre et mai, mais le rut intervient mi-novembre à mi-janvier avec un pic en décembre. La laie entre en œstrus tous les 21 jours. Une synchronisation des chaleurs chez les femelles d’une même compagnie a été constatée. La laie meneuse entre en chaleur la première et déclenche ensuite celles des autres femelles. En général, le repos sexuel de la laie est total en été(de juin à septembre).La gestation dure 3 mois, 3 semaines, 3 jours et le nombre de portées est habituellement de 1 par an et exceptionnellement 2 soit 3 portées en 2 ans maximum. Les mises bas peuvent avoir lieu de janvier à septembre avec un pic printanier entre mars et mai. Le nombre de jeunes par portée augmente avec l’âge et le poids de la mère ; en général de 2 à 8 avec une moyenne se situant entre 4 et 5 par laie adulte Le marcassin est sevré après 3 à 4 mois d’allaitement. Le taux d’accroissement réel peut être estimé à 100% en moyenne.

Laie.jpg (124893 octets)

 

 

 

 

 

 

Le sanglier est une espèce grégaire et la structure sociale de base est matriarcale (une laie meneuse conduit le groupe appelé compagnie).On distingue 3 types de groupements :

  1. La laie suitée avec sa ou ses portées (marcassins ou bêtes rousses et bêtes de compagnie)
  2. Petits groupes de mâles d’un à deux ans (rejoignent parfois le groupe familial )
  3. Les mâles solitaires (parfois accompagnés d’un sujet plus jeune appelé page )

Le domaine vital des femelles et des jeunes est de 500 à 2000 hectares ; pour les mâles adultes, il est compris entre 1500 et 10000 hectares. Le sanglier peut parcourir dans une nuit 30 à 40 kms mais il n’est pas un migrateur.

Pour la gestion des populations et la stabilisation d’un cheptel, l’on doit prélever 80% de bêtes rousses ou de compagnie et 10 à 20% d’animaux de plus de 2 ans. La présence de laies adultes sécurise les autres bêtes et aboutit à la sédentarisation des compagnies. Eviter le lâcher de cochonglier ou sanglichon (croisement porc et sanglier). Savoir que l’apogée du trophée du mâle arrive à partir de 5 à 6 ans.

NE JAMAIS TIRER UNE BÊTE DE TÊTE D’UNE COMPAGNIE

 RESPECTER IMPERATIVEMENT LES LAIES SUITEES

(extrait du manuel du brevet grand gibier & le grand GIBIER de chez Hatier)


De la famille des suidés, le sanglier (Sus scrofa) se rencontre en Europe sauf en Grande-Bretagne.
En France, les populations de sanglier, en forte progression, sont estimées à 600 000 / 700 000 têtes, les plus fortes densités se trouvant dans le Centre, l'Est et le pourtour méditerranéen. C'est une espèce chassable.

La hauteur au garrot du sanglier varie de 90 à 95 cm et sa longueur de corps de 150 à 160 cm. Il pèse, de 50 à 150 kg : un mâle peut atteindre 90 kg à deux ans, 150 kg à 3-4 ans, la femelle, plus petite et appelée laie, pèse en moyenne 60 à 80 kg.
Le sanglier porte une queue ou vrille. Sa tête ou hure mesure presque le tiers de la longueur de son corps. Le jeune sanglier ou marcassin naît avec un pelage rayé très mimétique. Il est roux de six mois à un an.

Les canines du mâle ou défenses, très développées, peuvent dépasser la mâchoire de 5 à 6 cm - on dit que le sanglier est armé. Elles ont une croissance continue et viennent s'aiguiser sur les canines supérieures ou grès. Le trophée de sanglier est à son apogée au-delà de 4-5 ans.
Chez la femelle, les canines ou crochets sont peu développées. Le pelage des adultes varie du gris clair au brun sombre.

Reproduction et comportement social

Le rut a lieu de la mi-novembre à la mi-janvier. Les laies adultes, vers l'âge de deux ans, mettent bas, après quatre mois de gestation, dans un nid, le chaudron, fait d'un amas de végétaux herbacés, une portée de 4 à 6 marcassins.
On n'observe pas, dans la nature, de deuxième portée la même année. Les jeunes laies, vers l'âge d'un an, peuvent mettre bas exceptionnellement si elles pèsent plus de 40 kg en fin d'hiver. Les naissances, d'autant plus précoces que les fruits forestiers sont abondants, s'étalent de janvier à juin.

Les femelles et les jeunes vivent en compagnie très soudée, sous l'autorité d'une laie meneuse. Les mâles quittent la compagnie vers l'âge d'un an et deviennent des solitaires, rejoignant les compagnies au moment du rut.

Alimentation

Son régime omnivore lui permet de s'adapter à tous les milieux. Il consomme de préférence les fruits forestiers (glands, faines, châtaignes). Il apprécie les blés et maïs en lait, le raisin, les racines et les vers de terre.

Indices de présence et Habitat

Animal discret, le sanglier sort le soir et rentre au lever du jour dans sa bauge, lieu de repos creusé à même le sol dans un endroit très abrité. Il signale son passage par des laissées (fèces), des empreintes, mais surtout des souilles, sortes de dépressions humides, dans lesquelles il se vautre, des boutis, traces profondes quand il retourne la terre à la recherche de racines ou tubercules, et des vermillis, sillons peu profonds mais sur de larges surfaces pour trouver des vers de terre.

Le sanglier peut coloniser tous les milieux : des dunes du littoral jusqu'aux limites des alpages, dans les zones marécageuses, ou la garrigue, dès lors que la végétation est suffisante pour le cacher.

Gestion des populations

Le sanglier est un animal sédentaire très attaché à son lieu de naissance. Les domaines vitaux annuels des compagnies sont de l'ordre de 500 à 1000 ha et pour les mâles de 1000 à 2000 ha. Le taux d'accroissement annuel d'une population peut varier de 100 à 150%.

Les populations de sangliers doivent donc être régulées pour les stabiliser. La moitié de la population présente en été doit être prélevée à la chasse.

L'espèce se gère par grande unité homogène de 5 à 15 000 ha, en fixant des objectifs de maintien de niveau de population compatible avec des productions agricoles et forestières.
Une abondance de sangliers génère, en cas d'absence de fruits forestiers, d'importants dégâts aux cultures agricoles. Les indemnisations, financées par les chasseurs, atteignent chaque année de 100 à 130 millions de francs.

Pour protéger les cultures agricoles, l'utilisation de clôture électrique "deux fils" donne d'excellents résultats, l'apport de nourriture de substitution au moment des dommages peut aussi les limiter.

Chasse

Animal vaillant et rusé, le sanglier est un gibier très prisé des chasseurs. il se chasse en battue avec des chiens mordants et de courte quête ou des chiens courants selon les territoires et les coutumes locales.
Quelques équipages de vénerie ou vautraits chassent le sanglier à courre. La chasse silencieuse à J'affût se pratique en Moselle et en Alsace.

Source ONCFS


tir-s.jpg                                                  reaction-sanglier.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×